L’été des roses blanches

L'été des roses blanches Un film yougoslave, tourné en Yougoslavie, avec des acteurs américains ! Ce qui est piquant, c’est surtout d’entendre les autochtones, en 1945, de même que les officiers de la Wehrmacht, s’exprimer dans l’anglais le plus pur ! C’est le dernier été avant la fin de la guerre. L’idiot du village travaille comme « sauveteur» à la plage locale. Il n’a jamais sauvé personne, se contentant de raconter aux enfants des histoires de poissons monstrueux. Les événements se précipitent. Il doit héberger une fugitive et, pour la sauver, contracter avec elle un mariage blanc. Puis, pour la première fois, il sauve un homme. Serait-ce un partisan ? Andria est arrêté, interrogé… Le voilà malgré lui devenu le point de mire. Au point crucial où la comédie devient tragédie, Tom Conti évite tout cabotinage et s’avère pathétique. Dans le rôle de son «épouse», on retrouve Susan George, qui se fit si bien violer dans « Les chiens de paille». «L’été des roses blanches » ces roses qu’un capitaine allemand envoie aux femmes qu’il convoite a une certaine lenteur et un charme certain. Le rythme de la rivière autour de laquelle tout va se jouer.

Laisser un commentaire