Le consul

Le consulLa nostalgie des consuls made in Great-Britain revient en force. Après celui d’« Au-dessus du volcan » de Malcom Lowry adapté par Huston, voilà, un cran au-dessous, «The honorary consul» de Graham Greene devenu «Le consul» à l’écran, adapté par John Mackenzie. Une ébouriffante interprétation de Michael Caine, superbe en vieux diplomate imbibé de whisky, une sautillante interprétation d’un Richard Gere à jamais gigolo — mais où est le mal ? — ajoutez à cela une Argentine tournée au Mexique, une musique de Paul Mc Cartney et le tour est joué « Le consul » est un beau film tissé à partir d’une trame complexe tendant à démontrer qu’on meurt rarement pour ses idées, mais bien plus par erreur ou pa7 amour… A travers le récit de l’enlèvement rocambolesque du consul qui ne vaut pas Ur clou sur la scène politique du groupe de desperados qui tente de monnayer sa libération et l’engagement d’un jeune médecin (Gere) au» motivations éclectiques, c’est une leçon sur l’engagement, sur l’amitié aussi. Ceci mené avec un humour et une distanciation tout à fait britanniques dans l’esprit. Terrorisme, manipulation, acte gratuit sur fond de régime totalitaire, «Le consul» aussi une série de gros plans sur une brochette de ratés plus ou moins sympathiques mais jamais épargnés. Ni par la plume de Graham Green,ni par la caméra de John Mackenzie.

F-CTN45029Philadelphia

1943. C’est la guerre. Les Américains tentent une expérience : rendre un destroyer invisible aux radars ennemis. Top secret. Et pour cause, le navire à réellement disparu pendant quelque temps avant de réapparaître dans un piteux état avec deux marins manquant à son bord. 1964 : ce sont les deux mêmes homes que l’on retrouve poursuivi par un hélicoptère au milieu d’un désert,champ d’expérimentation militaire commandé par un certain Dr Longstrat. Les voyages dans l’espace temps ont toujours passionné les hommes. Et le cinéma, avec plus ou moins de bonheur («La machine à remonter le temps», «Nimitz» «Les guerriers de l’Apocalypse»). «Philadelphia experiment» découle de la même imagination. Avec tout ce qu’il faut, bien sûr, pour le rendre à la fois attrayant et remarquable. Du rythme, de l’action, des effets spéciaux et un suspense très habilement mené. «Philadelphia experiment» est un spectacle total à tout point de vue. Le comité de sélection du 13eFestival du film fantastique d’Avoriaz ne s’y est pas trompé qui l’a retenu pour la course au titre.

Laisser un commentaire