Grogs et vin chaud à gogo

Avec tout ce qu’il avait de bonheurs et d’oublis, bien sûr. Parallèlement à cette manifestation se déroulait une compétition vidéo dans la salle de l’hôtel des Ruches. Le jury, présidé par Claude Chabrol et composé de Valérie Mairesse, Pierre Malet, Jean-Claude Romer et votre serviteur, a décerné le prix Vidéo-Thomson au film «Le masque du démon» de Marin Bava (GCR). Et puis il y avait les soirées, autres points de rencontres des festivaliers, celle de TF1 sous le parrainage de son président Hervé Bourges et son renfort de journalistes et de réalisateurs. Ou encore, celle des côtes-du-rhône où furent intronisés chevaliers, Danièle Thompson (scénariste), Valérie Mairesse, Véronique Genest, Claude Chabrol et Claude Zidi. La cérémonie très officielle ajoutait un peu plus au mystère ambiant dont s’était parée la station pour le festival, qui cette année était largement décentralisé. Du restaurant des lntrets avec son patron Guy Dupuis au bar du Snow avec Michèle (ravissante) en passant par le Creepy (oh le beau nom) ou le bar des Dromonts, le vin chaud et le grog allaient bon train. Non pas tant à cause du froid, mais plus pour affronter les enfants assassins de «Horror kid», l’exécuteur de «Terminator», les monstres cauchemardesques de, «Nightmare on Elmstreet» ou de «Dreamscape». Ah, il y avait aussi le petit Chaperon rouge du film « Company of the wolves », mais lui on n’avait pas envie de l’affronter. J’en connais plus d’un qui aurait bien voulu hurler avec lui, le soir avec ou sans pleine lune. Ce sera sans doute pour l’année prochaine. La jeune louve, Sarah Patterson, n’avait que 13 ans quand elle a tourné le film. Et comme chacun sait, à 13 ans on est très en vie.

Laisser un commentaire