Compact disque

Paul McCartney «Give my regards to Broadstreet» (EMI)

Bonjour les souvenirs ! Bande originale du film, «Givemy regards to Broadstreet» offre les plus grands succès de Paul McCartney aussi génial en Beatles que solitaire, depuis «Yesterday» à «Silly love songs»… Pour reprendre de tels monstres sacrés à l’heure du compact, Paul n’a pas lésiné sur les moyens et s’est entouré des meilleurs musiciens dont Ringo Star, Dave Edmuns, Eric Stewart, etc. Un CD hors pair, histoire de renouer avec une certaine magie.

Jean-Michel Jarre «Zoolook» (Dreyfus/CBS)

Après quatre disques, Jean-Michel Jarre continue son exploration dans le monde du son électronique. Avec «Zoolook», il ramène une floraison de nouvelles mélodies et l’emploi de voix de synthèse. Véritable magicien, Jarre entraîne au cœur de paysages inconnus, où de secrets bruitages se rythment à l’écho de voix de nulle part. Voyage garanti ! Une fois de plus, c’est la musique du futur qui surgit avec de belles surprises.

ZZ Top «Best of» (WEA)

Attention devant, voici les bouseux du rock, toutes guitares dehors. Méchants riffes et mélodies rentre dedans. Ces purs produits du Texas ont pris, les années passant, une assurance et un savoir-faire incontestables et incontestés. Il n’y a rien de tel et de mieux que ce « best of » pour vous faire aimer les méchantes ruades de ces cow-boys barbus.

Michel Jonasz «Tristesse» (WEA)

D’aucuns le considèrent comme le seul et le vrai chanteur français. Ce n’est pas là l’avis exclusif d’une poignée de fans. Michel Jonasz a réellement les qualités des plus grands. Une voix chargée de mille trésors et des compositions qui n’ont pas fini de nous habiter. A écouter de toute urgence.

Ella Fitzgerald «The Cole Porter songbook» (Verve/Polygram)

Mme Fitzgerald, c’est la grande dame du jazz. Une voix incomparable qui joue sur tous les registres de l’émotion, ample et majestueuse, remarquable et généreuse. La voici dans deux compilations, regroupant 32 des meilleures compositions du grand Cole Porter comme : «All of you», «Night and day», «Do I love you», etc. A écouter du bout du cœur.

Mozart «Exultate jubilate» (L’oiseau lyre)

Dirigé par Christopher Hogwood. Influencé par ses opéras, Mozart a donné à ses œuvres sacrées un lyrisme débridé. Son «Exultate jubilate» comblera les amateurs de grandes envolées musicales. Grâce au travail sur instruments d’époque, Christopher Hogwood donne à son interprétation une authenticité admirable, que la voix d’Emma Kirkby sert remarquablement. Autres œuvres disponibles : «Mozart Requiem» par Hogwood (L’oiseau lyre). «Symphonies n° 40 et n° 25» par James Coulon (Erato). «Symphonie concertante et concerto pour violon n° 1» par Harnoncourt (Deutsch Grammophon).

Vivaldi «Concertos pour mandolines» (Erato)

Dirigé par Claudio Scimone. Utilisant toutes les finesses de l’harmonie, Vivaldi, avec ses concertos, a réussi des chefs-d’œuvre de construction. La mandoline par ses teintes joyeuses contribue à les rendre admirables. Spécialiste de la musique baroque, Claudio Scimone fait un travail d’orfèvre qui ne lasse pas une seconde. A écouter absolument. Autres œuvres disponibles : «Dvorak. Symphonie n° 9 du nouveau monde» par – James Coulon (Erato). «Haendel. L’allégro, Il pense rosoedll moderato» par John Eliot Gardiner (Erato).

Laisser un commentaire