Canal+ le décodeur

canal+Canal + a décidé de remplacer son actuel décodeur par un système de meilleure qualité, plus fiable à tous points de vue. En effet, André Rousselet, le Pdg de la fameuse chaîne à péage, n’arrête pas d’innover. Tout d’abord, dans le domaine de l’implication industrielle, Canal + a engagé depuis 1988 plusieurs actions en vue d’améliorer les conditions économiques de la réception et de la distribution des signaux audiovisuels. En avril 1989, Canal + s’est associé à la Sagem pour constituer Eurodec. Cette société a pour objet la conception, le développement, la fabrication et la commercialisation de terminaux pour services à accès contrôlé. Ainsi a été créé ce nouveau décodeur baptisé Syster. Pourvu d’une clé, qui supprime l’entrée des numéros de codes, et avec son nouveau design, le Syster a tout pour plaire aux abonnés. De plus, il recevra des émissions diffusées sur les satellites TDF1-TDF2, tout comme le terminal Decsat (système 02 Mac paquet). L’échange est gratuit pour l’abonné, et l’abonnement est de 160 francs au 1er avril 1990; le dépôt de garantie, lui, est de 500 francs. Super, Canal + !

King revient!

«Tard dans la nuit et celles d’avant, toc! toc! toc! à la porte, les tommyknockers…» La découverte d’un vaisseau de l’espace, venu s’échouer des millions d’années plus tôt, dans un petit village du Maine (USA) entraîne ses habitants, au gré de son exhumation, dans une bien étrange évolution. Pour tous, elle fera naître des éclairs de génies, puis petit: à petit les emmènera vers une mutation bien plus terrifiante. Les maladies régressent, les vieillards retrouvent la vigueur de leurs trente ans, la télépathie survient dans leur quotidien. Mais aucun d’eux ne pourra quitter l’environnement du vaisseau sans en souffrir. Une apothéose de coups et de douleurs… Dernier livre de Stephen King, le maître du frisson et de l’horreur, «Les tommyknockers» entre dans la lignée des .grands écrits qui font l’histoire du fantastique. Pour le plaisir d’avoir peur. «Les tommyknockers», Editions Albin Michel, 140 francs. Si, tard dans la nuit, l’on frappe à votre porte, n’ouvrez surtout pas, les tommyknockers sont là…

Fip/Partner

Dernière minute : Fip/Partner propose, dès la mi-mai, trois films fantastiques, dans tous les sens du terme, à la location. Il s’agit de «3615, code Père Noël», «Baby blood» et «Adrénaline», trois oeuvres présentées au Festival d’Avoriaz 1990. Nous reviendrons plus longuement sur les productions de ce nouvel éditeur dans nos prochains numéros.

Vidéo Mailing

C’est en pleine ère de communication, en 1986, que le jeune ingénieur agronome Nicolas Goldzahla a la riche idée de créer sa propre Sarl : Vidéo Mailing. Cette société réalise des messages sur des vidéocassettes, qui sont acheminées ensuite par la poste comme n’importe quel courrier. Les tarifs de duplication sont de 40 francs (prix indicatif). L’entreprise Reynolds European Inc. fut le premier coup de maître de Vidéo Mailing. Elle remporta le Grand prix vidéo d’entreprise au Festival de Biarritz, avec «Les films se font du cinéma», et rapporta un bénéfice de 7 millions de francs. L’on comprend aisément la confiance accordée par Yves Saint Laurent pour sa gamme de maquillage printemps-été 89, en passant par Cerruti, la Caisse d’Epargne, CSEE…
Avis aux entrepreneurs vidéophiles.

Fil à Film, itinéraire d’un enfant gâté

Le 27 mars dernier, une cassette de diamant a été remise, au Théâtre Marigny, à Fil à Film pour «Itinéraire d’un enfant gâté», en présence’ de Jean-Paul Belmondo et de son réalisateur Claude Lelouch. En effet, ce film a dépassé la barre des 100 000 cassettes vendues, pour un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions HT. Par ailleurs, signalons qu’une récente statistique de la CSEA confirme l’excellente position de Fil à Film dans le domaine de la vente de vidéocassettes enregistrées, avec une part de marché de 18,64 % pour l’ensemble de l’année 1989, devant Warner Home Vidéo (16,84 %). Voilà un résultat particulièrement encourageant pour cet indépendant, à l’honneur dans ce numéro (lire l’article de Jean-Philippe Mochon sur les Palmes d’or).

Scores CDV

Tous les mois, comme annoncé dans notre précédent numéro, nous vous donnerons les meilleurs scores de vente de compact discs vidéo de la boutique VO Only (25, boulevard de la Somme, 75017 Paris. Tél. : 42.67.76.27), la seule à proposer un très grand nombre de films de fiction américains, exclusivement en version originale sous-titrée.

E.T1. «Indiana Jones and the last cruisade», de Steven Spielberg, avec Harrison Ford, Sean Connery (Para-mount).
2. « E.T. », de Steven Spiel-berg (MCA).
3.« Dange ro u s liaisons», de Stephen Frears, avec Glenn Close (Warner).
4. « Miracle mile», de Steve de Jarnatt, avec Anthony Edwards (Hemdale).
5. « Fiel ds of dreams», de Phil Alden Robinson, avec Kevin Costner.

Et aussi :
• «Stars war» (Twenty Century Fox).
• «Turner and Hooch» (Touchstone).
• « Pink Cadillac» (Warner).
• « Batman» (Warner).
• « Leather weapon » (Warner).

Passez enfin au numérique

video hi8Depuis quelque temps, nous nous sommes introduits dans un monde où l’électronique et le numérique tiennent une place très importante. Certains appareils ont fait surface et d’autres ont complètement disparu. C’est le cas du vieux magnétoscope, un célèbre appareil en voie de disparition, qui a cédé sa place à des lecteurs DVD de salon ou bien à des postes informatiques plus révolutionnaires. Afin de pouvoir être à jour avec toute cette évolution, et aussi de ne pas perdre certains biens enregistrés dans nos vieilles cassettes à bande magnétique, il faut procéder à la numérisation de la cassette HI8.

cassette sous blisterAvec toute cette évolution, les cassettes vidéo ne sont plus comme ils étaient et sont même considérées comme des supports à problème. D’abord, la bande magnétique que renferme la cassette se détériore avec le temps, la poussière et risquent de faire perdre tout son contenu. N’importe quelle mauvaise manipulation de la cassette peut conduire à sa destruction. Trouver un magnétoscope, pour procéder à sa lecture, devient actuellement une vraie source de problème, car ils sont vraiment introuvables. Et malgré tout cela, ces cassettes vidéo renferment encore des vidéos de souvenir qui nous tiennent vraiment à cœur.
Il existe des solutions simples afin de pouvoir faire un transfert des cassettes vidéo en une version numérique. Il faut tout simplement se procurer le logiciel de conversion, de le connecter et de transférer la vidéo en entier dans un poste informatique. Une fois enregistrée, la vidéo fera l’objet d’une petite amélioration ainsi que quelques personnalisations. Après, il ne suffit que de faire la gravure sur un support encore plus fiable, dans le DVD, ou bien une clé USB ou dans un disque dur externe.

camera vidéoAprès la numérisation de la cassette vidéo, il sera facile pour nous de pouvoir garder et sécuriser nos vidéo dans un support numérique à zéro risque. Nos vieux films, nos vidéos souvenir seront possibles à être visionner sur notre poste de télévision en n’importe quel format, sur notre ordinateur portable, notre iPod ou dans n’importe quel lecteur numérique sans être obligé de brancher la magnétoscope.

Bref, transférer nos vidéos analogiques en version numérique et les stockées sur des supports encore plus fiables est vraiment conseillé afin de pouvoir gagner sur leur durée de vie, de sa qualité ainsi que de pouvoir le visionner en toute facilité. Ce sera aussi possible de partager ou bien de faire des copies de la vidéo sans aucune complication et aucune modification.

Dessin animé et adrénaline

ObélixObélix, gaffeur comme à son habitude, a laissé échapper un menhir qui a assommé Panoramix, le druide. Celui-ci a perdu la mémoire et est désormais incapable de se rappeler la formule de la potion magique. C’est la panique chez les Gaulois, comme si le ciel sous la forme d’un menhir leur était tombé sur la tête ! Lorsque débarque dans le village un drôle de personnage un devin Adapté des albums de Goscinny et Uderzo, voici le nouvel » Astérix », le film. Le producteur délégué de la Gaumont, Yannick Piel, a créé un studio d’animation en France, ne voulant plus entendre parler de ces animations sous-traitées à l’étranger à moindre coût mais avec beaucoup moins de subtilité dans le mouvement. Il a fait également appel à des réalisateurs de talent, leur donnant les moyens et le temps de travailler. « Astérix et la surprise de César » en 1986, « Astérix chez les Bretons » en 1987 et « Astérix et le chaudron magique » en 1988, les dessins animés d’« Astérix » valent enfin le coup d’œil, de la part des petits comme des grands.

Adrénaline

Film à sketches ? Anthologie de courts métrages ? Qu’importe l’étiquette du flacon, pourvu qu’on ait la décharge… d’adrénaline ! Voici donc une œuvre collective, mieux : un concept. Une illustration parfaite, éclatée et délirante, de la paranoïa. Cadre unique : la société d’aujourd’hui. Vous prenez le métro, la rame s’affole. Vous gardez la chambre, elle se rapetisse et vous écrase. Vous répondez à une petite annonce, la maison est truffée de pièges mortels. Vous regardez la télé, vous êtes sur l’écran en affreux terroriste. Vous sortez en auto, l’engin se dirige tout seul vers un concasseur. Et ainsi de suite. Sept réalisateurs (dont une) pour cette série de cauchemars inquiétants ou hilarants, originaux et percutants. Par-dessus le marché, au lieu d’être présentés en vrac, ces petits récits d’humour noir et rouge sont reliés par un « sketch de liaison » génial : une histoire d’aveugles extralucides !

Mortelles passions

Chaud, chaud les passions. Andrew Lame a concocté un thriller criminel dans la grande tradition des classiques du genre. On pense aux films noirs des années 40, style « Assurance sur la mort », ou aux exercices de style en couleur, style» La fièvre au corps ». L’héroïne de « Mortelles passions » est belle, sensuelle, mais aussi sacrément garce. Elle habite une somptueuse bâtisse, dans les beaux quartiers d’Hollywood Hills. Elle est jeune mariée, mais elle fréquente un psychanalyste et travaille comme serveuse dans un bar. Son mari est traumatisé par la mort accidentelle de ses parents, a abandonné l’entreprise familiale et tourne en rond toute la journée. Et le paradis devient un cauchemar ! La dame a trouvé un amant qu’elle a convaincu de tuer son mari. Mais, au moment où les deux complices s’apprêtent à passer à l’acte, arrive le frère du mari. Un ancien amant de la jeune femme, un individu violent et impétueux. Dans ce huis clos amoureux, la mort rôde et les passions sont exacerbées. Les deux frères et la jeune femme s’enferment dans un triangle d’amour aussi dangereux qu’imprévisible. Avec quelques scènes sexuelles d’une étonnante sensualité.

Projet Nightbreaker

Projet NightbreakerAu moment où l’on parle de Tchernobyl, de tous ceux qui meurent de leucémie et de cancers à la suite de la catastrophe, et de tous les dangers de la radioactivité qui nous menacent, ce film qui, pourtant, se passe principalement en 1956 est d’un brûlante actualité et fait froid dans le dos. Le récit est très habilement mené. Un homme de sciences, fêté pour ses travaux de neurologie, voit surgir dans sa vie des fantômes vieux de trente ans. Jeune savant, il avait été engagé pour étudier la résistance au stress des soldats assistant à une explosion nucléaire. Et il a vu l’inconscience des autorités militaires, la manière dont on joue à l’apprenti sorcier et dont on fait peu de cas de la vie et de la santé des soldats totalement inconscients de ce danger… invisible. Un vent peut faire changer de direction un nuage radioactif, malgré toutes les précautions prises. Ce remarquable téléfilm (car il s’agit d’un film destiné au petit écran) reconstitue une époque et des expériences avec un réalisme étonnant. De plus, il est amusant de voir, dans le même rôle, père et fils : Martin Sheen en vieux savant de 1985 et Emilio Estevez en jeune idéaliste des années 50. Le sujet tenait, de toute évidence, très à cœur à Martin Sheen puisqu’il a lui-même officié comme producteur exécutif sur « Projet Nightbreaker ».