Roman porno

Sous un titre discutable (pas de scènes X ici !), voici une sélection de ces films à coloration érotique, connus à partir des années 60 sous le sobriquet d’« éroductions». De « Marché sexuel des filles» à «La maison des perversités », que de titres alléchants ! Hors quelques photos mémorables dans Midi minuit fantastique, nous ne connaissions rien de ces flamboyants polars ou mélos dont voici enfin cinq spécimens en Cinémascope monumental et musique tonitruante. Le thème général pourrait être : prostitution et faits divers dans le Japon de l’après-guerre. Par exemple, «La véritable histoire d’Abe Sada » (1974) est une autre version, et plutôt meilleure, du crime d’amour qui a inspiré «L’empire des sens» à Oshima. «Rue de la joie» (1974) se situe dans un bordel où, pour le nouvel an, l’une des filles se propose de battre le record du nombre de clients. Quant au mythique «Barrière de chair» (1964), histoire d’un groupe de prostituées en squatt qui vivent selon des règles sévères, c’est le fin du fin de l’Eros nippon : on n’y voit pas l’ombre d’un poil, mais on y fouette jusqu’au sang, avec une jouissance sadique.

Attache-moi !

Attache-moiRicki son de l’institut psychiatrique. Il a vingt-trois ans, cinquante mille pesetas en poche et une idée fixe qui l’obsède : rencontrer Marina, une jeune actrice très demandée dans les films pornos ou d’épouvante. Celle-ci ne veut pas de lui ? Qu’a cela ne tienne.

Ricki s’introduit subrepticement chez elle et la séquestre sans vraiment lui demander son avis. Paniquée par la tournure que prennent les événements, Marina cherche à échapper aux griffes de son ‘ravisseur» avant de se plier, bon gré mal gré, à ses arguments. Moins grand public que «Femmes au bord de la crise de nerfs», le nouvel Almodovar se rapproche davantage de la veine caustique déjà explorée dans « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela » et «La loi du désir». Le flamboyant réalisateur ibérique suit à la trace ses deux héros et fait rimer, à ce propos, protagonistes et antagonistes. En apparence, tout sépare Ricki et Marina. En réalité, ces deux paumés (lui vit en marge de la société, elle se shoote à ses heures perdues) étaient faits pour se connaître et se sauver mutuellement. Dans ce film comme dans les précédents , Almodovar démontre son génie du casting. Ses héros sont incarnés par Antonio Banderas (un habitué de la bande à Pedro) et, surtout, Victoria Abri!, nouvelle venue dans le clan, prête et habilitée à relever tous les défis que lui pose le metteur en scène, même les plus culottés. Fidèle à son habitude, ce dernier apporte un grand soin tant au fond qu’a la forme de son récit, d’où d’habiles rebondissements et une photo bien léchée. Encore un film qui ravira les aficionados (et tous ceux qui n’attendent qu’un signal pour le devenir).

Passez enfin au numérique

video hi8Depuis quelque temps, nous nous sommes introduits dans un monde où l’électronique et le numérique tiennent une place très importante. Certains appareils ont fait surface et d’autres ont complètement disparu. C’est le cas du vieux magnétoscope, un célèbre appareil en voie de disparition, qui a cédé sa place à des lecteurs DVD de salon ou bien à des postes informatiques plus révolutionnaires. Afin de pouvoir être à jour avec toute cette évolution, et aussi de ne pas perdre certains biens enregistrés dans nos vieilles cassettes à bande magnétique, il faut procéder à la numérisation de la cassette HI8.

cassette sous blisterAvec toute cette évolution, les cassettes vidéo ne sont plus comme ils étaient et sont même considérées comme des supports à problème. D’abord, la bande magnétique que renferme la cassette se détériore avec le temps, la poussière et risquent de faire perdre tout son contenu. N’importe quelle mauvaise manipulation de la cassette peut conduire à sa destruction. Trouver un magnétoscope, pour procéder à sa lecture, devient actuellement une vraie source de problème, car ils sont vraiment introuvables. Et malgré tout cela, ces cassettes vidéo renferment encore des vidéos de souvenir qui nous tiennent vraiment à cœur.
Il existe des solutions simples afin de pouvoir faire un transfert des cassettes vidéo en une version numérique. Il faut tout simplement se procurer le logiciel de conversion, de le connecter et de transférer la vidéo en entier dans un poste informatique. Une fois enregistrée, la vidéo fera l’objet d’une petite amélioration ainsi que quelques personnalisations. Après, il ne suffit que de faire la gravure sur un support encore plus fiable, dans le DVD, ou bien une clé USB ou dans un disque dur externe.

camera vidéoAprès la numérisation de la cassette vidéo, il sera facile pour nous de pouvoir garder et sécuriser nos vidéo dans un support numérique à zéro risque. Nos vieux films, nos vidéos souvenir seront possibles à être visionner sur notre poste de télévision en n’importe quel format, sur notre ordinateur portable, notre iPod ou dans n’importe quel lecteur numérique sans être obligé de brancher la magnétoscope.

Bref, transférer nos vidéos analogiques en version numérique et les stockées sur des supports encore plus fiables est vraiment conseillé afin de pouvoir gagner sur leur durée de vie, de sa qualité ainsi que de pouvoir le visionner en toute facilité. Ce sera aussi possible de partager ou bien de faire des copies de la vidéo sans aucune complication et aucune modification.